Place au marché: Marché Atwater, Montréal Québec ( VIDÉO)

Héritage de la période de la Grande Dépression, le marché Atwater est l’un des trois plus importants et classiques marchés publics de Montréal encore en activité. Il dessert le quartier Saint-Henri ainsi que le Centre-Sud de Montréal depuis cette époque sans avoir cessé son activité. Depuis de multiples décennies, il fait partie du décor du quartier, tant à cause du rôle qu’il joue pour la population qu’à cause de l’allure caractéristique de son bâtiment.

Patrick Hacikyan/

Le 29 octobre 1929, c’est le crash boursier aux États-Unis. Les répercussions de cet événement s’étendront sur plusieurs années et dans tout l’Occident. Dès l’année suivante, au Québec, le chômage atteint des seuils critiques. Les soupes populaires grouillent d’activité et plusieurs foyers menacent de se retrouver à la rue.

C’est dans ce contexte que le premier ministre du Québec de l’époque, Louis-Alexandre Taschereau, initiera de grands travaux publics, afin de favoriser l’emploi et l’économie. Un de ces projets sera donc la construction d’un nouveau marché pour le quartier Saint-Henri, le futur marché Atwater.

Le marché Atwater en 2022. Photo: © GEC

Le projet ne suscite guère beaucoup d’enthousiasme à l’époque, étant donné que le secteur est déjà desservi par le marché Saint-Antoine, non loin du lieu. L’idée de donner un nom anglophone au marché aura été à l’origine de protestations à l’époque, mais étant donné que la construction s’est faite sur le tracé de la rue qui porte également le nom de cet ancien conseiller municipal local, Atwater fût adopté.

Détail de l’horloge typiquement Art déco de la tour du marché Atwater. Photo: © GEC

C’est un architecte montréalais, Ludger Lemieux, qui a dessiné les plans, assisté de son fils, Paul Lemieux. Le bâtiment sera conçu selon une des esthétiques en vogue à l’époque, soit le style Art déco. Il s’agit d’un style aux allures innovatrices pour cette période, se voulant l’incarnation de la nouveauté, et prenant le relai du style Art nouveau vers le début des années 1910. Le marché Atwater n’est pas l’exemple le plus saillant et détaillé d’Art déco de la métropole. Il demeure toutefois un des derniers témoins d’époque du style à Montréal.

Le marché Atwater en 1945. Photo d’archive

Le marché Atwater connaîtra un certain succès dès son ouverture. Il aura même causé la fermeture du marché Saint-Antoine, situé non loin. Il s’est bien intégré dans le tissu urbain local avec les années. L’église Saint-Irénée, située à deux coins de rue du marché, a également été conçue, quelques années auparavant, partir de plans conçus, en bonne partie par le même architecte: Ludger Lemieux.

Après la Seconde Guerre Mondiale, l’industrialisation ainsi que des nouveaux modes de production et de commercialisation de la nourriture vont faire diminuer l’achalandage des marchés publics à Montréal. De plus en plus d’épiceries essaimeront ci et là. Le phénomène sera grandissant jusqu’au début des années 60, où ça sera l’époque de l’essor des supermarchés. C’est lors de cette période que tous les marchés publics de Montréal ont fermé, sauf pour les deux plus importants: le marché Jean-Talon et le marché Atwater.

Marché Atwater, vue intérieure du Rez-de-chaussée. Photo: © GEC

Aujourd’hui, le marché Atwater est le deuxième en importance à Montréal. Il fait partie du trio des trois plus importants marchés publics de la ville, avec le marché Jean-Talon, qui dessert un secteur plus au nord de la ville, et le marché Maisonneuve, situé, lui, plus l’est, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Ces trois lieux sont aujourd’hui des piliers culinaires pour les foyers et la restauration montréalais, de par l’excellence des ingrédients que l’on y trouve.

Premier étage du marché Atwater. Photo: © GEC

Ce marché se démarque par la présence de plusieurs bouchers offrant des excellentes sélections de viandes d’élevage conventionnel et de gibier, dont certains biologiques, tels que la boucherie Saint-Vincent. On y trouve également plusieurs fromageries, dont une des meilleures de Montréal, soit la fromagerie Atwater. L’emphase est mise à travers le marché, sur les produits locaux et régionaux et les produits du terroir. On peut notamment s’en rendre compte dans une aire extérieure où l’on peut se restaurer sur place. Plusieurs fleurs sont vendues à l’année sur les lieux. Il y a des boulangeries, poissonneries, kiosques de légumes biologiques. Chaque année, lorsque survient le temps, on retrouve d’impressionnants étals de citrouilles et de sapins de Noël. Il ne faut pas oublier que c’est là où l’on retrouve également la très réputée tarte à l’érable du Coin gourmand Serge Bourcier.

Citrouilles au marché Atwater Photo: © GEC

Visiteur ou habitant de la ville, grosse ou petite bourse, tous gagnent à faire un détour par le marché Atwater lorsqu’à Montréal. C’est un endroit où l’on peut mettre la main sur des denrées qui sont très souvent inatteignables dans de conventionnels supermarchés. De plus, la cuisine de marché est un art qui s’adapte aux saisons. Une visite au marché Atwater permet de sentir une parcelle de terroir à travers les étalages de familiers maraîchers, éleveurs et vendeurs qui représentent chacun leur coin de campagne. Chaque voyage au marché offre bien entendu du nouveau, et au marché Atwater, un standard de qualité certaine s’en dégage à tout coup lorsque l’on ramène nos sacs à domicile, tels des gibecières au précieux contenu.

Suivez-nous ici:
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x