Accord France-Chine prometteur fait progresser la notion de terroir mondialement

Une entente charnière vient d’être finalisée entre la France et la Chine, signalant un pas décisif dans la tâche de la reconnaissance des terroirs, des régions et de leurs produits, dans une perspective de certification de leur authenticité.  Non moins de 200 IGP d’Europe et de Chine y seront protégées . Il s’agit d’un événement ayant des impacts potentiels sur la quasi totalité des marchés internationaux.

 Patrick Hacikyan/

La mise en valeur des terroirs, des particularités régionales et des produits qui en découlent sont source de bénéfices pour chacun des pays et des localités à travers le monde. Ce volet du commerce international en est un ayant le vent dans les voiles. Bien qu’il ne représente pas le plus important secteur commercial, le commerce des produits régionaux et du terroir représentent une force culturelle insufflant une vigueur au moral des pays le favorisant. Depuis 2015, États de Splendeur a fait point de mire sur l’engouement international du public pour une reconnaissance du patrimoine agro-alimentaire, artisanal et régional dans plusieurs pays.

On peut noter que le fait que les marchés fermiers sont de plus en plus forts est un signe de cet engouement certain. Bien que la standardisation et la modernisation des méthodes de production sont des bénéfices indispensables pour l’humanité, il en résulte que par contraste, les produits dotés d’un caractère authentique, représentant le patrimoine d’un territoire et bénéficiant de la rareté conférée par la qualité et la nature de ses méthode de production se retrouvent valorisés.

La France est un chef de file dans la mise en marché des produits régionaux et du terroir, mondialement, grâce à ses systèmes d’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) et d’IGP (Indication Géographique Contrôlée). Ce modèle a permis au Québec d’emboîter le pas en la matière. Il a également favorisé le boum des produits du terroir et produits régionaux que l’on peut observer dans des pays aussi diversifiés que les États-Unis, le Maroc, la Tunisie et le Cameroun pour n’en nommer que quelques-uns. La Chine aussi, depuis plusieurs années met en valeur ses produits du terroir et régionaux, les répertoriant sous l’éloquent vocable de «patrimoine intangible de Chine». Le conseiller d’État et ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi déclarait le 30 août dernier que « Les relations entre la Chine et la France, qui sont parmi les plus stables et les plus solides des grands pays du monde actuel qui connaît des changements rarement vus en un siècle, revêtent une importance encore plus grande à l’échelle mondiale.»

C’est dans ce contexte international que s’est inscrite la signature, le 14 septembre 2020, à Shanghai, d’une entente visant à protéger 26 IGP de France ainsi que 74 IGP supplémentaires des différents pays d’Europe. La contrepartie de l’accord est la reconnaissance officielle par les pays de l’Europe de 100 IGP de Chine. Cet accord s’inscrit dans la suite d’une autre entente conclue et ratifiée à propos de 45 AOC françaises en juin 2016. Cette entente précédente protège désormais les appellations du vin bordelaises, victimes par le passé d’innombrables usurpations.

 

Un rapport du Ministère de l’Agriculture français concernant les faux produits du terroir détaillait récemment de très nombreux cas de fraude et contrefaçon dans la filière des produits du terroir. Pour illustrer la réalité du marché tel qu’il a été dernièrement, on peut citer quelques exemples. Le fameux couteau Laguiole est reconnu à travers le monde. Ces couteaux soigneusement fabriqué par la main de l’artisan depuis des siècles, avec son manche souvent taillé à partir de corne est identifié grâce à une cigale gravée dont plusieurs pensent qu’elle peut servir de marque d’authenticité. Malheureusement la présence de cette cigale provençale si familière n’est pas un gage d’un véritable couteau Laguiole. Une analyse des couteaux sur le marché intérieur vendus comme étant de véritables couteaux Laguiole révéla qu’à peu près 80% d’entre eux étaient en fait fabriqués en masse au Pakistan et en Chine.

Certains se souviendront de l’épisode de 2015 au courant duquel les fabricants de Calissons d’Aix ont dû procéder à des laborieuses procéddures pénales en Chine, lorsqu’un entrepreneur Chinois a déposé « les calissons d’Aix » auprès de l’office Chinois des marques. La bataille s’était corsée lorsque la marque « Kalisong d’Aix » avait été déposée au même office des marques, semant la confusion chez un public non-averti. Les producteurs Provençaux ont fini par avoir gain de cause, mais après une bataille juridique disproportionnée. Grâce à l’accord sur les IGP, cette situation ne devrait pas se reproduire et tout recours juriddique sera grandement simplifié.

Le camembert, une fierté du patrimoine agricole normand, bénéficie d’une AOC «camembert de Normandie». Cependant plusieurs producteurs contournent la réglementation et le cahier de charges de l’authentique fromage avec une appellation similaire portant à confusion: «camembert fabriqué en Normandie». Ces faux camemberts sont souvent pasteurisés (les véritables étant faits à partir de lait cru) et élaborés avec du lait provenant non pas de Normandie mais bien d’autres pays d’Europe dans une proportion de 50% et de Chine à 30%. Le Melon charentais fait aussi l’objet d’usurpations. Il est un produit emblématique de Cognac. En France même, on compte jusqu’à 80% des melons charentais disponibles au détail qui proviennent d’Espagne, du Maroc, du Sénégal et de la Chine. La protection des IGP et des AOC revêt donc une importance non seulement pour les exportations des pays concernés mais aussi  au niveau du commerce  dans le marché intérieur de ces pays.

Fromages AOC de différentes régions de France.

Il faut connaître ici la différence entre une AOC et une IGP. Une IGP est une Indication Géographique Protégée. Elle certifie qu’un produit a au moins une étape de production qui se fait dans le territoire en question. Il s’agit d’un gage minimal d’authenticité qui a le mérite de certifier au moins un lien véritable du produit avec la région. L’AOC, en revanche, certifie que toutes les étapes de production d’un produit sont effectuées dans le terroir mentionné.

L’accord signé le 14 septembre à Shanghai est donc un pas de plus dans la concrétisation mondiale de la notion de terroir. Il se différencie de manière claire de la mouvance Australo-Chilienne et Américaine de vendre le vin selon le cépage en tout premier lieu, faisant fi du terroir. Les pays prenant en considération la réalité et l’influence du terroir comme le font l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande se reconnaîtront donc beaucoup plus dans un marché certifiant, quantifiant et qualifiant d’avantage ces paramètres régionaux et de terroir.

Si certains manquements au respect de la propriété intellectuelle ont pu être constatés en Chine par le passé, cette entente marque un point charnière et décisif dans la reconnaissance de l’importance et l’utilité des indications géographiques. Cet accord consacre donc les notions de terroir, d’authenticité et de produit emblématique reflétant une spécificité territoriale.

Grâce à la signature de l’accord de Shanghai en septembre 2020, des produits phare comme le comté, le Cognac, l’Armagnac, le Bourgogne, le Champagne, les Pruneaux d’Agen, le Roquefort , et les baies de genièvre, pour n’en nommer que quelques-uns, seront protégés. Dans d’autre pays d’Europe il y aura des produits emblématiques tels que l’Ouzo grec, le Prosciutto di Parma, le Porto, le Manchego la Polska Wodka et bien d’autres seront maintenant reconnus à juste titre dans l’Empire du Milieu.  Dans quatre ans, il est planifié d’ajouter un autre 175 IGP supplémentaires. À cette occasion il est fort plausible que des produits non-comestibles seront ajoutés à la liste; tels que par exemple: la Porcelaine de Limoges.

Tie Guanyiin, certaines variétés de ce thé de la province du Fuijian sont déjà reconnues à travers la planète.

Du côté chinois, le gouvernement a aussi la volonté de préserver l’immense myriade de produits du terroir et produits régionaux présents sur le territoire depuis moult siècles. Si les Chinois ont découvert pour la première fois les terroirs de France et d’Europe à travers le vin, les occidentaux ont eux été exposés aux innombrables terroirs de Chine à travers le thé. Il est donc tout naturel que ce produit exquis, dans ses nombreuses variétés, figure sur la liste des produits du terroir Chinois qui seront protégés et respectés par les lois de France et des autres pays Européens. D’autres authentiques denrées de Chine qui seront protégées sont par exemple le riz Panjin (Panjin Da Mi), la pâte d’haricots rouges épicée du Sichuan (Pixan Dou Ban Jiang) le fameux gingembre d’Anqiu (Anqiu Da Jiang). La longue liste des autres produits régionaux et du terroir chinois qui seront protégés de part et d’autre sont autant de merveilles à découvrir et adopter pour les pays d’Europe dans le futur.

Ceci est un heureux développement pour la France, les pays d’Europe et pour la Chine aussi. Non seulement car les produits Chinois seront  découvert à plus large échelle en occident, mais aussi car cette mouvance va favoriser la mise en valeur de ces produits et leur reconnaissance à juste titre par les Chinois eux même. En effet cet accord commercial en est un culturel, et son résultat sera didactique autant que pécuniaire. Voilà donc un bon exemple d’une entreprise gagnant-gagnant. Souhaitons une suite à cette constructive mouvance de reconnaissance du patrimoine immatériel, des produits régionaux et du terrooir à travers la planète ans les années à venir.

 

Suivez nous ici:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer